Les sept sens ésotériques du Coran
 
selon Sâ'înoddin'Alî Torkeh Ispahânî[1] (Perse, 15e s.).
 
 
Sens ésotérique de l'éclatement de la Lune.
 
« L'Heure devint imminente et la Lune se fendit[2] »
 
 
 
Premier niveau littéral des exotéristes, docteurs de la loi, juristes et traditionalistes : littéralisme pur et simple.
 
- « Ce sont des gens qui appuient le dos de la tranquillité sur le coussin du conformisme » (Le Prophète).
- Pour eux, poser la question « comment ? » est déjà une hérésie !
- exégèse très embarrassante : l'Heure serait celle de la Résurrection des corps physiques objective et extérieure qui doit clore les temps historiques. Il n'y a pas à chercher davantage.
 
Au deuxième niveau exotérique, les philosophes et les scolastiques orthodoxes : ils n'interdisent pas le « comment ? ».
 
- ils démontrent que le fait matériel est possible : toute puissance de l'agent divin. Cela se passera donc dans le ciel astronomique.
- ils affirment que la résurrection des corps matériels dans leur état au moment de la mort n'est pas absurde, puisque l'individu a pu être créé à partir de rien.
- le verset suivant montre au contraire que l'événement se rapporte au temps propre de l'âme, événement eschatologique.
- les théosophes se posent les questions : dans quel Ciel ? dans quel temps ?
 
Premier niveau ésotérique, celui des Péripatéticiens.
- Pour eux, l'événement physique n'est pas possible dans la matière terrestre sublunaire.
- la lune céleste étant de matière incorruptible, il est impossible qu'elle puisse se fendre ou éclater.
- l'éclatement de la lune est donc symbolique. La Lune est vue ésotériquement comme l'Intelligence agente.
- l'éclatement de la Lune est le passage à l'ésotérique, l'opération s'accomplit dans l'âme.
- la résurrection n'a pas lieu à l'horizon du temps physique, il s'agit du retour de l'âme à son monde, le lieu de son origine, le monde des pures substances.
 
Deuxième niveau ésotérique, celui des théosophes de la Lumière.
 
- la Lumière est la source même du phénomène du monde.
- la Lumière des intelligences angéliques (Idées archétypales) ne peut être mélangée à la Ténèbre, mais la Lumière des âmes célestes et des âmes humaines investies du gouvernement des corps matériels le peuvent. Ces dernières peuvent atteindre à la connaissance des Idées pures et à la connaissance des réalités concrètes et ces deux sortes de connaissance sont manifestées.
- l'âme investit la Ténèbre, où elle fut un temps captive, de sa propre lumière et l'éclatement de cette Lumière se fait à l'extérieur d'elle-même pour révéler la perfection de son état.
- l'éclatement est bien le signe de l'Heure imminente qui concerne l'Esprit dont l'identité persiste à travers tous les niveaux d'existence. Le corps de lumière émerge des ténèbres.
- comme la lune physique, l'âme pensante croît, sa Lumière lui est réfléchie par les obstacles qui lui font écrans. Les connaissances qu'elle projette sur les choses lui font retour et ainsi se voit-elle dans leur miroir pour se révéler à elle-même. Il lui fallait pour cela descendre dans les Ténèbres. Les Ténèbres révèlent le lumineux des êtres. Dans sa préexistence, l'âme n'était pas capable de cette connaissance. Lorsqu'elle atteint la perfection plus rien n'est absent de son être de lumière. L'Heure imminente est celle où tous les secrets sont dévoilés, tout ce qui fut, est où sera qui existent en toi-même.
- le temps de l'âme ne contient ni passé, ni avenir, et cela est vrai pour tout être qui atteint ce degré.
 
Le troisième niveau ésotérique, celui des soufis « Fidèles d'Amour ».
 
- homologable à la précédente.
- ce sont des spéculatifs : chacun est le miroir où il voit toutes choses et l'image dans le miroir est celle de sa propre représentation des choses.
- ils sont témoins oculaires par l'acte de Comprendre. La forme humaine totalise tous les degrés de l'être : le divin révèle la forme humaine et, simultanément, la forme humaine révèle le divin (perfection de la fonction théophanique).
- la Lune est le symbole de la forme parfaite et l'Heure imminente est celle de la théomorphose de la forme humaine, retour de l'âme à son origine.
- l'Homme parfait virtuel est manifesté.
 
Le quatrième niveau ésotérique, celui des Horoufis.
 
- celui des pratiquants de la science des lettres, de la kabbale, de la Langue des Oiseaux. C'est une herméneutique du Verbe proféré et du Verbe fixé dans l'écriture.
- L'être est un Verbe, un Logos. Le Verbe n'est manifesté que par le sujet qui le profère comme le soleil n'est manifesté que par la lune qui le reflète.
- la manifestation sonore trouve son existence durable dans l'écriture qui en est l'exotérique. Mais chaque écriture à son ésotérisme, son chiffre. L'être humain est un Coran sous forme humaine, d'où l'importance de sa beauté, de la beauté de son visage.
- la lune enténébrée est le silence initial de l'écriture déchiffrée. De ce silence, le Verbe est proféré et le sens originel primordial qu'est l'être caché éclate lorsqu'il est parvenu à se dire.
- la Forme céleste primordiale qui préexiste au mélange avec la Ténèbre effectue son retour.
- chaque être profère le Verbe divin modalisé de son incantation. Le Parlant révèle le Silencieux, le Verbe résonne à l'état pur, c'est le signal de la résurrection et du retour.
 
Le cinquième sens ésotérique, celui des Shî'ites.
 
- anthropomorphose divine au plan d'une surhumanité : Point culminant des précédents dont ils sont l'Heure imminente. Le verset montre la Voie, donne le signal de cet éclatement qui produit la Forme Parfaite.
- lorsqu'un être humain se fait élève de l'Esprit, de l'Intelligence, sa condition humaine initiale est graduellement abolie. Chacun connaît cette résurrection et cette intronisation dans le Plèrôme. Chacun atteint alors à l'état de Nabî, au Sceau de la Prophétie.
 
 
 
 


[1] Traité de l'éclatement de la Lune. Analyse de CORBIN, Henry, En Islam iranien, tome III, Gallimard.
[2] Coran, sourate LIV, verset 1.
La traduction de A. Chouraki est : « Elle approche, l'heure : la lune est piégée ! »



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement