Les Enseignements 

du grand yogi tibétain Milarepa,
 
du Maître Chan Houang-Po,

du Maître Chan Mazu

et du Bardo Thödol

« Le Chant des Trois Certitudes »  
de Milarepa, qui, élève de Marpa,
atteignit la Libération après avoir été,
dans sa jeunesse, un sorcier noir
1
   

       « Je me prosterne au pied de Milarepa le Traducteur après avoir médité dans la solitude des montagnes : 

      J’ai acquis la Certitude de la Non-Apparition qui m’a libéré de la saisie dualiste des vies passées et futures.

               La manifestation des six mondes se révèle comme illusoire.


      Ainsi j’ai coupé court aux fausses croyances de la naissance et de la mort.



 
      J’ai acquis la Certitude de l’Equanimité qui m’a libéré de la saisie  dualiste du bonheur et de la souffrance.

      L’expérience des impressions sensorielles
se révèle comme illusoire.


     Ainsi j’ai coupé court aux fausses croyances en les choses à prendre et à laisser.



 
      J’ai acquis la Certitude de la Non-Distinction qui m’a libéré de la saisie dualiste du Samsâra et du Nirvâna.

       L’effort dans les lois  se révèle comme illusoire.

       Ainsi j’ai coupé court aux fausses croyances
de l’espoir et de la peur. »
 
  

1 -  Milarepa Jetsün-Kahbum, Vie de Jetsün Milarepa, traduit du tibétain par le Lama Kazi Dawa-Samdup, Traduction française de Roland Ryse, Ed. Maisonneuve, Paris, 1977.






 

  




 








Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement