Pour comprendre l’analyse suivante, il faut percevoir, comme l’indiquait en son temps Ibn’Arabi, que les Noms sont essentiellement des Energies, même si elles-ci ont pu être incarnées par des personnages dits « historiques » en des temps donnés. Ces Energies sont en nous, nous pouvons les reconnaître, les assimiler et grandir par elles. Elles typifient les âges de l’humanité.
 
 
 
Les Douze Mystères de l’Homme
 
***
Les sept organes subtils de l’homme
ou les sept Prophètes de ton être
selon Semnânî (Perse, 14e s.)[1],
complété par les Enseignements
de Karuna et d’Emmanuel.
 
 
   Précédant ces sept mystères que sont les sept organes subtils de l'homme, nous avons les cinq premiers mystères, sources et outils permettant leur connaissance :
 
L'Esprit :
   - principe de la vie naturelle, de la vie sur-naturelle (qui sont une seule et même vie) et des pensées venues du "Penser" divin.
   - principe de nos idées qui prennent source dans les Idées au sens platonicien ; l'Esprit est source de l'Intelligence et des facultés intellectuelles, source de l'imagination vraie ; et cependant l'Esprit a lui-même sa source dans l'Intelligence qui le dynamise en accord avec la radiation de la matière.
   - principe de nos actes qui se dégrade en "traits" de caractère.
   - le mental est du domaine de l'esprit.
 
La Conscience :
   - connaissance que l'Esprit a de lui-même, immédiate, intuitive, spontanée, non séparative.
   - conscience séparative dans le binaire de la création : sentiment de soi et des choses extérieures. Tous les phénomènes psychologiques s'originent dans la conscience personnelle, impénétrable à autrui.
   - par elle, l'âme perçoit sa tension : elle est l'essence de l'âme.
   - la conscience emprisonnée et aliénée par la croyance qualifie de bons ou mauvais certains actes, de bonnes ou mauvaises certaines pensées : au dualisme naturel se surajoute la dualité qui oblitère la liberté.
   - la Conscience toute Consciente naît du retour à l'Unité, à la vérité qui est l'absence de dualité et donne son qualificatif au Corps Conscient, consciemment élaboré.
 
   Le Cœur :
   - au niveau inférieur, lieu des puissances affectives grossières (affection, tendresse, amour au sens sentimental) par opposition aux facultés intellectuelles.
   - au niveau supérieur, le Cœur du Cœur de mon cœur : principe de l'Amour véritable, de la compassion divine, est du domaine de l’Esprit.
 
   L'Ame vitale :
   - principe des sentiments, de la volonté et de l'intelligence, siège des affections et des passions
   - principe de la vie mentale et psychique où s'origine le moi conscient, parcelle du divin magnétisée à la terre.
   - animation et rayonnement de la forme invisible.
 
   Le Corps :
   - le corps humain physique, agrégat d'éléments : organes, tissus, cellules, molécules, atomes..., quintessence de la Création, résulte d'une alchimie cosmique descendant d'un plan à l'autre des univers, rassemblant tous leurs influx.
   - il est périssable dans les apparences au plan terrestre.
   - la remontée ensuite de tous ces plans se produit lorsque prend forme le Corps Conscient.
 
   Les anges, « ce sont des énergies[2] », les facultés rattachées à chacun de ces organes subtils, outils et pièges à la fois.
 
***
 
Il est nécessaire de ne pas oublier que l'humain est le quatrième règne de la Création et que tout humain doit intégrer pleinement les règnes précédents. L'Energie-Amour anime toutes choses, conscientes ou dites inconscientes :
 
   A/ Le Minéral de ton être :
   - le minéral non mobile porte l'Animation de l'Energie-Amour de façon non consciente. L'univers vit dans sa forme mais il n'est pas conscient de cette forme et de cette vie. Il meurt pour renaître en végétal[3].
   B/ Le Végétal de ton être :
   - le végétal, rendu mobile par des agents extérieurs à lui (vents, insectes, humains...), porte également l'Animation de l'Energie-Amour de façon non consciente. Il meurt pour renaître en animal.
 
   C/ L' Animal de ton être :
   - mobile et autonome dans sa forme, il est animé par l'âme-groupe
   - l'activité de l'intelligence est embryonnaire sous la forme de l'instinct qui agit encore puissamment chez la plupart des êtres humains de la terre.
   - l'animal meurt en animal pour renaître homme.
 
   D/ L'Humain de ton être :
   - à ce stade, l'âme s'individualise à partir de l'âme groupe tribale : animation et mobilité consciente qui doit devenir Mouvoir divin.
   - activité intelligence consciente par le support du mental cosmique (Sirius) produisant les formes-pensées et les idées.
   - le corps de chair est destiné à se transmuter en Corps Glorieux, en Corps Conscient.
   - l'homme qui n'a pas retrouvé sa Source originelle est comme un corps sans âme, non-conscient du but ultime qui est l'accès au plan radiatif de l'Intelligence divine à partir de la Conscience, de l'Animation et de la Mobilité.
   - l'homme renaît en homme pour renaître en Dieu : conscience du mouvoir divin en soi comme en toute parcelle de la création.
 
Le corps est à voir dans ses trois composantes grossières :
   - plan physique
   - plan émotionnel-relationnel
   - plan mental qui fait la charnière entre les corps denses et les corps subtils.
Le corps dense peut être vu sous trois aspects :
   - corps physique matière-chair
   - corps vital, énergétique ou éthérique qui vivifie ce corps physique
   - corps astral ou corps de désir
Mais ces corps ont des aspects subtils encore qui correspondent aux précédents par effet de miroir.
   - l'esprit humain qui se reflète dans le corps de désir
   - l'esprit vital qui se reflète dans le corps vital
   - l'Esprit Divin, Matière-Esprit qui se reflète dans le corps physique et tisse à partir de lui le Corps Conscient, le Corps de Gloire, qui peut être dit également Corps Causal puisqu'il est la cause de la descente dans la matière et qu'il en est, en fin de cycle, l'aboutissement.
Le Haut Intellect est le point focal qui permet d'atteindre la Pensée pure ; là l'Esprit se réfléchit dans la matière.
***
 
Les prophètes typifient les âges de l’humanité en soi-même, dans l’imagerie issue des religions patriarcales.
Au cours de son existence l'humain met en oeuvre un processus qui élabore les organes du corps subtil. Ces « organes » sont décrits ainsi par Semnânî, mais il s’agit d’Energies qui ont chacune leur indivi-dualité et qui correspondent à un « âge-matière » :
 
L' "Adam de ton être" (gris fumée), embryon du Corps conscient, le sixième mystère de l'Homme :
 
   - région subtile du moule corporel ayant la forme du corps physique mais à l'état subtil, émanant de la Sphère des Sphères et de l'Ame du monde.
   - cet organe subtil, moi encore charnel, contient le germe, l'embryon, le moule du Corps Conscient.
   - l'inconscience en obscurcit et en fausse les perceptions. A ce stade se fait la lecture exotérique du Livre et des Enseignements.
   - c'est sur cette Solidité de base que viennent se greffer les organes subtils de l'humain en voie de métamorphose pour que naisse l'Homme Parfait.
 
Le "Noé de ton être" (bleu), embryon de l'Ame intermédiaire, le septième mystère de l'Homme :
 
   - centre subtil rapporté à l'âme en tant qu'animatrice du corps physique, siège des opérations vitales et organiques, lieu des passions, des épreuves où l'homme affronte le peuple de ses contradictions charnelles.
   - cette âme encore magnétisée à la chaire anime l'animal humain : Anima-L.
   - l'inconscience en obscurcit et en fausse les perceptions qui restent inférieures.
   - par-là se joue la lutte contre les désirs illusoires, les chiens qui mènent l'humain encore animal, le bavard, le glouton concupiscent, le violent.
 
L' "Abraham de ton être" (rouge), embryon de l'Esprit qui se développera pour donner le Sceau originel, le huitième mystère de l'Homme :
 
   - cœur mystique du Vrai Croyant, du Pur Croyant, dans lequel se forme l'embryon du Moi supérieur, de la personnalité véritable.
   - le Moi supérieur dont il est l'embryon en est la matrice.
   - il doit déjouer les pièges des facultés de chacun des centres subtils pour enfanter le Vrai Moi, passant du sensible à l'intelligible.
   - son seul guide est la Voix intérieure de l'Ami divin reconnu, relayée par celle du Serviteur de Lumière lorsque cette reconnaissance manque encore. Cette voie permet la lecture du deuxième sens du Livre (le Coran devient le Glorieux Livre) et des Enseignements, qui en est le premier sens ésotérique sur lequel va venir se greffer un deuxième sens ésotérique.
 
Le "Moïse de ton être"(blanc), embryon du Haut Intellect, le neuvième mystère de l'Homme :
 
   - le tréfonds de l'être, le lieu du secret, lieu où se fait le passage de la conscience séparative à la conscience toute consciente, où se discerne la Loi de toutes les lois, la Vérité de toutes les vérités.
   - lieu de dépassement des pièges du mental humain, des limitations de la raison, de tous les veaux d'or auxquels sacrifient les humains.
   - lieu de dépassement des opposés apparents, lieu de réconciliation et de compréhension des paradoxes.
   - il exige que toutes les imperfections spirituelles soient dissoutes pour que le processus ne vienne pas à avorter au stade du "Jésus de ton être".
 
Le "David de ton être" (jaune), organe de l'Esprit divin, du Souffle, le dixième mystère de l'homme :
 
   - organe subtil dont la fonction est la représentation de la divinité, de l'Amour véritable.
   - il reçoit les visitations de l'Amour et le chante par tous ses corps.
   - il laisse de côté la rigidité des lois humaines pour appliquer l'adage : "Aime et fait ce qu'il te plaît".
   - l'Esprit met à mort tout ce qui n'est pas Amour, les vérités parcellaires qui sont mensonges, les conjectures, les doutes, les notions, les concepts, les idées arrêtées...
 
Le "Jésus de ton être" (lumière noire), récepteur de l'Esprit Saint, le onzième mystère de l'Homme :
 
   - cet organe subtil reçoit l'assistance de l'Esprit Saint qui lui est insufflé.
   - il est le Chef de tous les autres centres subtils et de leurs facultés.
   - le Sceau de l'être, "mon" Seigneur, annonciateur de Celui qui est "Le" Seigneur.
   - il y a là un abîme à franchir : "mon" Seigneur, n'est pas "Le" Seigneur ; la pleine lune réfléchissant le soleil n'est pas le Soleil ; un Aspect de Dieu n'est pas Dieu. Il n'y a pas d'autre Dieu que Dieu. L'âme et Dieu sont incompatibles. Le dévoilement du secret des secrets entraîne une ivresse qui rend cet état périlleux et là peut avorter le pèlerinage de l' "Abraham de ton être" (dogme chrétien, Hallâj, Bastâmi[4]...).
   - naissance en Esprit, assomption céleste.
   - l'humain meurt pour renaître en Dieu.
 
Le "Mohammad de ton être" (vert émeraude), centre divin de l'être, le douzième mystère de l'Homme ou le "Gabriel de ton être" :
 
   - là s'achève la formation du corps subtil définitivement acquis.
   - organe subtil du vrai Moi, Sceau éternel de la personne - Le Sceau-Originel, le Seing-Or, "Le" Seigneur- océan de la Connaissance, de la Volonté et de la Puissance.
   - développement de l'embryon dénommé "Abraham de ton être", c'est-à-dire du vrai Croyant ; c'est l'enfant du Cœur mystique dont il est le père.
   - la lecture du Livre et des Enseignements se fait à son troisième niveau, le deuxième niveau ésotérique. Le Coran devient l' "Auguste Livre".
   - stade du miroir parfait : "Je suis tout œil devant tout horizon", "Je suis l'œil par lequel Il voit, la main par laquelle Il palpe... " : l'Intelligence divine le pénètre.
   - le retour est effectué à partir duquel est possible l'extinction de l'extinction, c'est-à-dire la Vie véritable.
   - là s'achève la formation de l'Homme Parfait, en possession de tous ses Corps. La théomorphose de l'homme est achevée. Le miroir est parfait dans lequel le contemplant est le contemplé et la contemplation mêmes, dans lequel l'amant est l'aimée et l'amour mêmes.
 
 
 
Khezr et Elie à la Source de la Vie.
Ecole de Hérat, seconde moitié du X e siècle,
Persian Miniature “Painting”, Oxford, 1933, pl. LXI.
Lire :  KHEZR ET ELIE EN QUÊTE DE L'EAU DE VIE
Là est ensuite le Mystère des Mystères, le lieu où l'image du miroir devient "aléatoire", passage de l'autre côté du miroir.
Là est l' "Emmanuel de ton être", le "Karuna de ton être", ou               l' "Imman de ton être", le "Mahdi de ton être", le "Khezr de ton être", l’Homme Parfait dans sa possible véhiculation terrestre, le treizième mystère de l'Homme :
 
- Celui qui doit revenir en toute conscience témoigner de la Vie au cœur de l'existence, dans tous ses aspects, pour œuvrer dans la vallée ou dans la montagne, en état de Virginité véritable. L'être est vierge de toute notion, y compris de la notion de virginité, étant comme s'il n'était pas.
- Le Livre et les Enseignements sont perçus par le sens de l'ouïe divine. C'est le sommet de la voie anagogique. Il n'y a plus l'intermédiaire du "Mohammad de ton être" ; c'est le stade dit du "Sublime Livre". L'Intelligence est en prise directe.
Etat du Libéré vivant, du Serviteur de Lumière, pour qui il n'y a que la seule Terre véritable, investie par la Vie, en possession de tous ses corps et arrivé à l'extinction de l'extinction, point où commence véritablement le Mouvoir divin.
 
Le Divin meurt
pour que naisse la Manifestation suprême[5].
 
 
 


[1] D'après CORBIN, Henry, En Islam iranien, III -Les fidèles d'Amour - Shî'isme et soufisme, Gallimard, 1972.
[2] Voir L’Instruction du Verseur d’Eau, op. cit.
[3] Ibidem.
[4] Un Aspect-Reflet du divin n’est pas la totalité divine.
[5] Platon le Karuna dans ses divers ouvrages publiés.

 




 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement